• Cliquez sur une lettre pour accéder à la liste complète :
  • A -
  • B -
  • C -
  • D -
  • E -
  • F -
  • G -
  • H -
  • I -
  • J -
  • K -
  • L -
  • M -
  • N -
  • O -
  • P -
  • Q -
  • R -
  • S -
  • T -
  • U -
  • V -
  • W -
  • X -
  • Y -
  • Z -
  • fém. -

Ibrahima Sonko : "Je vais devenir agent de joueurs"

Ibrahima Sonko

Ibrahima Sonko

Il avait disparu des radars sĂ©nĂ©galais depuis la fin de la CAN 2008 au Ghana. A 35 ans, Ibrahima Sonko est aujourd’hui sur le point de raccrocher les crampons aprĂšs une carriĂšre bien remplie dĂ©butĂ©e en 1999 Ă  Saint-Etienne avant de connaitre son apogĂ©e en Angleterre oĂč le rugueux dĂ©fenseur a frĂ©quentĂ© sept clubs, notamment Reading oĂč il s’est rĂ©ellement rĂ©vĂ©lĂ© en Ă©tant joueur de l’annĂ©e en Championship (D2) en 2005 et champion d’Angleterre de D2 en 2006. Une grande expĂ©rience du championnat anglais qui lui permet de porter un regard sur la nouvelle vague de joueurs sĂ©nĂ©galais qui dĂ©ferlent sur la Premier League. Aujourd’hui, l’ancien international sĂ©nĂ©galais qui prĂ©pare ses diplĂŽmes d’entraineur et sa licence d’agent, est dĂ©jĂ  engagĂ© dans sa reconversion.

Que devient Ibrahima Sonko ?

Je suis en train de prĂ©parer ma licence d’entraĂźneur. Je suis aussi dans la dĂ©tection de joueurs talentueux, pour leur donner une chance de rĂ©ussir dans le football.

Vous vous lancez donc dans une carriùre d’agent de joueurs ?

Pas exactement, mais j’aurai aussi ma licence trĂšs bientĂŽt et c’est Ă  partir de lĂ  que je serai officiellement agent, Ă  la diffĂ©rence de quand jÂ’Ă©tais juste un joueur et, en mĂȘme temps, aidais d’autres Ă  rejoindre des clubs.

Aujourd’hui, ils sont une dizaine de joueurs sĂ©nĂ©galais en Premier League qui semblent avoir plus de rĂ©ussite que la premiĂšre vague, celle des El Hadji Diouf, Salif Diao. Selon vous, qu’est-ce qui a changĂ© ?

Les joueurs actuellement sont trĂšs athlĂ©tiques et engagĂ©s. Quelqu’un comme KouyatĂ©, tu le vois devant le but et la seconde d’aprĂšs, il est dĂ©jĂ  dans sa zone de dĂ©fense. Il est grand, trĂšs bon de la tĂȘte et s’impose physiquement. Quelqu’un comme Sakho (Diafra) est aussi trĂšs direct et rapide. Il pose problĂšme aux dĂ©fenses, parce qu’il court tout le temps. Ce sont les points forts des joueurs sĂ©nĂ©galais actuels. Ils sont athlĂ©tiques et ne lĂąchent rien. Cela fait plaisir, parce qu’il y a longtemps qu’on n’avait pas vu cela. Pour la premiĂšre gĂ©nĂ©ration, je pense que l’attente qu’on avait sur elle Ă©tait plus grande que celle qu’on a sur les joueurs d’aujourd’hui. MalgrĂ© tout, Salif a jouĂ© 4 ou 5 ans Ă  Liverpool. El Hadji Diouf y a jouĂ© 2 ans, avant d’intĂ©grer des clubs comme Bolton, Blackburn, Leeds, en Ă©tant toujours aussi fort qu’on le connaissait. Avec la nouvelle gĂ©nĂ©ration, les joueurs ne sont pas trĂšs connus et n’ont pas encore marquĂ© l’histoire du football. Donc, ce qu’ils arrivent Ă  rĂ©aliser surprend beaucoup de gens. Personne ne s’attendait Ă  ce qu’ils s’imposent si rapidement, parce qu’ils n’ont pas encore Ă©tĂ© en Coupe du monde. C’est donc tout Ă  fait normal qu’ils surprennent. Ils ont des qualitĂ©s que les gens connaissaient, mais ne s’attendaient pas Ă  les voir s’imposer assez rapidement Ă  ce niveau. L’effet de surprise, c’est toujours meilleur.

Vous avez dĂ©marrĂ© votre carriĂšre Ă  Grenoble, alors en National, en France. Aujourd’hui, vous avez connu presque une dizaine de clubs (9 au total), dans trois pays diffĂ©rents (France, Angleterre et Turquie). Que diriez-vous si vous devriez rĂ©sumer votre carriĂšre en quelques mots ?

Quand je commençais, peu de gens pouvaient croire que j’allais avoir une telle carriĂšre. Il m’a fallu beaucoup de travail et de temps, mais j’ai quand mĂȘme rĂ©ussi Ă  avoir la carriĂšre que j’ai eue. C’est peut-ĂȘtre en ce qui concerne lÂ’Ă©quipe nationale que le bilan est nĂ©gatif. J’aurais voulu faire mieux. Mais bon, ce n’est pas de ma faute. C’est le foot. J’y ai passĂ© de trĂšs bonnes annĂ©es dont je suis fier et c’est l’essentiel.

Qu’est-ce qui explique lÂ’Ă©chec de votre passage en Ă©quipe nationale?

Les choix des entraĂźneurs. Pour des raisons que j’ignore, ils ont dĂ©cidĂ© que je ne devais pas jouer. Peut-ĂȘtre que je ne le mĂ©ritais pas. Les coachs ont leurs prĂ©fĂ©rences, on ne peut rien y faire. Je ne pense pas que cÂ’Ă©tait Ă  cause d’un problĂšme personnel. Les alĂ©as de la vie font que parfois, tu te retrouves dans une situation oĂč tu ne voulais pas ĂȘtre.

Source : lgfm.sn

Consulter la fiche de : SONKO Ibrahima

Les statistiques et les pages du site www.anciensverts.com