• Cliquez sur une lettre pour accéder à la liste complète :
  • A -
  • B -
  • C -
  • D -
  • E -
  • F -
  • G -
  • H -
  • I -
  • J -
  • K -
  • L -
  • M -
  • N -
  • O -
  • P -
  • Q -
  • R -
  • S -
  • T -
  • U -
  • V -
  • W -
  • X -
  • Y -
  • Z -
  • fém. -

Allan Saint-Maximin : "Besoin de faire une grosse saison avec Bastia"

Allan Saint-Maximin

Seulement dix-neuf ans, et déjà beaucoup d'attentes autour de lui. Auteur d'un début de saison convaincant avec Bastia, où il est prêté par Monaco, Allan Saint-Maximin revient sur un début de carrière pas toujours rayonnant. En toute lucidité.

Saint_maximin

«Allan, vous ĂŞtes arrivĂ© en Corse le 28 juillet, vous y avez disputĂ© trois rencontres de Ligue 1, marquĂ© votre premier but. Quel bilan pouvez-vous faire de votre dĂ©but d'aventure avec le Sporting ?
Je suis vraiment très satisfait et très content de l'accueil que m'a fait Bastia. Le coach s'occupe très bien de moi, il est très affectif, c'est ce dont j'avais besoin. C'est la mĂŞme chose avec mes partenaires, que ce soit Cahuzac, Jean-Louis (Leca), Mehdi (Mostefa), GaĂ«l Danic : franchement, je suis vraiment très content d'ĂŞtre venu ici. J'ai dĂ©couvert une culture, ils sont vraiment très famille. Ça me plaĂ®t.

D'oĂą vient cette nĂ©cessitĂ© d'avoir de l'affection avec ceux qui travaillent avec vous ?
Ça vient de ma mère. Elle a toujours été très affective avec moi, elle m'a toujours couvé.

Ça veut dire que vous n'arrivez pas encore Ă  vous dĂ©brouiller seul ?
Non, pas du tout. C'est juste que si vous voulez voir un Allan vraiment épanoui, j'ai besoin de ce petit côté affectif. Ce n'est pas ce qui m'empêche de jouer ou d'être performant. C'est un gros plus, j'en ai besoin.

Comment le coach (François Ciccolini) vous transmet-il cette affectivitĂ© ?
Ça marche à la confiance. Il est naturel avec moi et je le suis avec lui. S'il faut me dire que j'ai été nul et que je ne jouerai pas le prochain match, ou, au contraire, que je suis sur la bonne voie et qu'il faut que je continue, il le fera.

Ça donne donc trois premiers matches plutôt intéressants...
Ce n'est que le début, je ne dois pas me reposer sur ça. Je suis très content d'avoir marqué à Lorient parce qu'il n'y a que comme ça que je peux rendre la pareille à Bastia, leur rendre tout ce qu'ils ont fait pour moi à mon arrivée.

Pourquoi avoir acceptĂ© Bastia alors que beaucoup d'autres clubs Ă©taient prĂŞts Ă  vous accueillir ?
C'est vrai que j'ai eu beaucoup de propositions, que ce soit en Espagne, en Angleterre, en Allemagne. Mais le coach a fait la différence. Je l'ai senti sincère, qu'il me voulait vraiment.

Pensez-vous que revenir en France Ă©tait devenu indispensable pour poursuivre votre progression ?
Oui, C'est un championnat que j'aime beaucoup. C'est mon pays ! Ça me tenait Ă  cÂśur de revenir.

Diriez-vous que vous avez Ă©galement pris conscience de certaines choses par rapport Ă  votre carrière qui a dĂ©butĂ© depuis deux ans maintenant ?
Pas forcément. En Allemagne, ça se serait passé autrement si le directeur sportif et le coach qui m'ont fait venir n'avaient pas démissionné. J'avais choisi d'aller à Hanovre parce qu'ils me voulaient absolument. Je suis arrivé là-bas, je signe, et le directeur sportif démissionne le lendemain. Quelques mois plus tard, c'était au tour du coach. Je me suis donc retrouvé dans une situation où de nouvelles personnes sont arrivées et elles ont recruté les joueurs qu'elles souhaitaient pour leur projet. Ça a été la faute à pas de chance car j'aurais pu faire une saison complète. C'est le football, je ne peux rien y faire. Aujourd'hui, je suis convaincu d'avoir fait un bon choix.

Vous avez Ă©tĂ© titulaire Ă  une seule reprise en Bundesliga (seize apparitions en tout, un but), que retiendrez-vous de cette courte expĂ©rience ?
C'était très enrichissant. Ma fille est née là-bas, je parle désormais couramment l'anglais, et en Allemagne, on vivait vraiment pour le foot, avec beaucoup d'heures d'entraînement. Ça m'a permis de progresser.

Diriez-vous, du coup, qu'on vit davantage pour le foot en Allemagne ?
Ce n'est pas qu'on le vit plus, c'est qu'on s'entraĂ®ne beaucoup plus. Quand tu aimes le foot, c'est intĂ©ressant !

Ă€ dix-neuf ans, diriez-vous que votre dĂ©but de carrière a presque Ă©tĂ© trop rapide ? Vous avez connu la Ligue Europa avec Saint-Étienne Ă  seize ans, puis Monaco, Hanovre, et aujourd'hui Bastia...
Trop vite, non. C'est allé vite mais parce que je faisais ce qu'il fallait sur le terrain pour que ça aille vite. U15, U17, U19, CFA, et je suis allé directement avec les pros ensuite. Mes performances sur le terrain m'ont donné la chance de taper dans l'œil de Christophe Galtier. J'en suis content car je pense avoir plus d'expérience aujourd'hui que les jeunes de mon âge.

Mais on a l'impression que vous êtes déjà attendu au tournant alors que vous n'avez même pas vingt ans...
C'est la vérité. Mais je ne m'en occupe pas tellement. Le monde du foot est comme il est. Je ne peux pas en vouloir aux gens d'attendre beaucoup de moi. Je ne m'occupe pas trop de ça. Je veux simplement que mon coach et mes coéquipiers soient satisfaits de moi à Bastia. C'est le plus important.

Depuis deux ans, on a dĂ©jĂ  l'impression que vous avez une Ă©tiquette hors du terrain entre votre accident de voiture Ă  Hanovre, un comportement pas forcĂ©ment convaincant Ă  Saint-Étienne. Ça vous dĂ©range ?
Mais le plus gros problème est qu'on me colle une Ă©tiquette qui n'est pas la mienne ! Ce n'est pas la vĂ©ritĂ©. Si j'avais Ă©tĂ© quelqu'un qui manquait de respect aux gens, avec des problèmes de comportement, Ă©tant honnĂŞte, j'aurais Ă©tĂ© le premier Ă  le reconnaĂ®tre. Sauf que ça n'a jamais Ă©tĂ© le cas. Je n'ai eu aucun problème Ă  Saint-Étienne. Et si j'ai bien quelque chose Ă  leur reprocher, c'est de ne pas m'avoir assez protĂ©gĂ© sachant qu'ils savaient que je n'avais jamais manquĂ© de respect Ă  qui que ce soit. Ă€ l'image de l'accident de voiture Ă  Hanovre, ce sont Ă  chaque fois des petits trucs qui sont en ma dĂ©faveur. C'est très frustrant. Ça me dĂ©range vis-Ă -vis de mes parents qui m'ont toujours très bien Ă©duquĂ©. Le fait d'entendre Saint-Maximin par ci, Saint-Maximin par lĂ , c'est dĂ©rangeant.

Essayez-vous de vous protĂ©ger davantage ?
C'est plutĂ´t Bastia qui essaie de me protĂ©ger dans le sens oĂą ils voient que je ne suis pas comme ça. Comme on dit au sujet d'une personne qui a des problèmes de comportement : le naturel revient toujours au galop. Bastia voit que ce n'est pas le cas. Je n'essaie pas de changer tout ça. Je sais que les gens qui me cĂ´toient et qui me connaissent savent qui je suis.

Votre rĂ©cente paternitĂ© vous a-t-elle Ă©galement aidĂ© ?
C'est très spécial. Je ne vis pas que pour moi. Je vis pour ma fille. Ça me permet de me surpasser encore plus. Le fait d'avoir eu mon premier enfant à dix-neuf ans ne me donne pas un coup d'avance, mais me permet d'être plus mature que certains joueurs de mon âge.

Reste désormais à prouver sur toute une saison que vous avez définitivement lancé votre carrière…
J'ai envie qu'on ait cette discussion en fin d'année et faire le point car pour le moment je n'ai pas fait grand-chose. Mon objectif est de faire une très grosse saison avec Bastia. Et à ce moment, on parlera de moi sur le terrain et non plus en dehors. C'est le plus important.»
TimothĂ© CrĂ©pin 
Source : France Football
Consulter la fiche de : SAINT-MAXIMIN Allan

Les statistiques et les pages du site www.anciensverts.com