• Cliquez sur une lettre pour accéder à la liste complète :
  • A -
  • B -
  • C -
  • D -
  • E -
  • F -
  • G -
  • H -
  • I -
  • J -
  • K -
  • L -
  • M -
  • N -
  • O -
  • P -
  • Q -
  • R -
  • S -
  • T -
  • U -
  • V -
  • W -
  • X -
  • Y -
  • Z -
  • fém. -

Jody Viviani et Nicolas Marin évoquent les derniers derbies

Spécial Derby

Derby

La malédiction de Gerland est tombée il y a quelque temps grâce à un coup franc sublime de Dimitri Payet. Malheureusement pour les supporters stéphanois, celle de Geoffroy-Guichard court toujours. Vingt ans qu’elle dure, avec une perfidie chaque année renouvelée. «A chaque fois, on y va en pensant qu’on va gagner, rien, raconte Jean-Guy, président de l’Union des supporters stéphanois et spectateur attentif des derbies. Mais cette année on n’a rien prévu de spécial en cas de victoire. On dit que les joueurs sont superstitieux, ben nous, c’est pareil.»

Superstitieux ou refroidis? Depuis un soir d’octobre 2004, les supporters stéphanois ont appris à ne pas faire sauter le bouchon trop tôt, jurisprudence Govou oblige. «On venait de remonter en L1 et on avait sorti un match énorme, se rappelle Nicolas Marin, passé par Saint-Etienne pendant deux ans C’était le grand Lyon en face, mais on pensait vraiment créer l’exploit, je me souviens encore de la désolation dans le vestiaire». Il y a de quoi. Ce soir-là, les Verts mènent 2-1 à la 87e minute avant de subir le finish lyonnais habituel des grandes années (2-3). Voilà pour le péché originel, responsable de tous les maux stéphanois, ce moment critique du dernier quart d’heure «où tout le monde dans le stade craint que les Lyonnais nous refassent le même coup à chaque fois», frissonne Jean-Guy.

Le coup en question, c’est évidemment, le but qui tue en toute fin de match. Gomis, l’ancien de la maison, est devenu un habitué. Et quand le souvenir s’estompe un peu, la piqûre de rappel arrive illico, comme ce coup franc imparable de Benzema en 2008, à la 92e minute (1-1). «Le résultat d’une somme de petites erreurs, pour Jody Viviani, alors remplaçant de Janot dans les buts stéphanois. On fait une faute bête, le mur est trop loin, et là le coup est rude, même si on n’avait pas perdu. On maîtrisait globalement, mais il y avait peut-être une petite crispation supplémentaire du fait de cette victoire dans le Chaudron que tout le monde attendait».

La même crispation qui a frappé sans prévenir l’an passé, sur une dernière attaque conclue par un coup de tête assassin de Briand dans les arrêts de jeu (1-2), alors que Christophe Galtier avait demandé à ses troupes «de jouer le tout pour le tout». «Si je devais donner un conseil aux Stéphanois dimanche, c’est d’apprendre à gérer correctement le match, avance Marin. Nous, on avait voulu jouer tous les coups à fond au lieu de garder le ballon et d’attendre les Lyonnais. L’OL a une grosse équipe, mais l’exploit est franchement plus abordable aujourd’hui». On s’encourage comme on peut.

Source : 20 minutes



Consulter la fiche de : VIVIANI Jody

Consulter la fiche de : MARIN Nicolas

Les statistiques et les pages du site www.anciensverts.com