• Cliquez sur une lettre pour accéder à la liste complète :
  • A -
  • B -
  • C -
  • D -
  • E -
  • F -
  • G -
  • H -
  • I -
  • J -
  • K -
  • L -
  • M -
  • N -
  • O -
  • P -
  • Q -
  • R -
  • S -
  • T -
  • U -
  • V -
  • W -
  • X -
  • Y -
  • Z -
  • fém. -

Dominique Casagrande change d'orientation professionnelle

Dominique Casagrande

Après sept ans à la tête du foot indoor des Barolles, devenu Soccer5 Lyon-Brignais, Dominique Casagrande a stoppé son activité de gérant de complexe en décembre. L’occasion de faire le point avec lui sur cette expérience et de connaître sa vision des choses sur l’évolution du foot à 5…

Dominique Casagrande, pourquoi avoir décidé de vendre votre foot indoor de Brignais ?
Déjà, ça n’est pas une vente, mais une cession de parts au groupe Soccer Five. Je reste actionnaire. Simplement, je ne serai plus gérant de complexe.

Vous avez ouvert en 2007, en étant le premier sur l’agglomération Lyonnais. Puis la concurrence est arrivée tous azimuts à partir de 2010. Comment vous êtes-vous adapté à ce contexte de plus en plus concurrentiel ?
Il est clair que le modèle économique a changé avec l’arrivée d’autres complexes (NDLR il y en a aujourd’hui 11 dans le département du Rhône). Nous avons dû travailler nos points forts que sont la qualité de l’accueil et un lieu unique aux Barrolles de Brignais, avec une architecture unique qui permet par exemple une vue plongeante sur tous les terrains.
Les plus grands joueurs sont passés au footindoor des Barolles. Ici Youri Djorkaeff et Fabien Barthez (Crédit www.foot69.fr)
Les plus grands joueurs sont passés au footindoor des Barolles. Ici Youri Djorkaeff et Fabien Barthez (Crédit www.foot69.fr)
Vous aviez démarré en tant que complexe indépendant en 2007 avant de rejoindre le groupe Soccer5 en 2010. Pourquoi et qu’est-ce que cela a changé pour vous ?
Pas grand-chose en apparence mais beaucoup en back-office. On s’est rapproché parce qu’on se ressemblait dans le volume et l’approche marketing des partenaires nationaux. C’était donc un moyen d’avancer plus vite.
Et côté pratiquant, avez-vous senti des évolutions majeures ?
Les loisirs sont toujours là, mais on voit clairement émerger une autre type de pratiquants, les compétiteurs. Le niveau de jeu a monté d’un cran. Au début, les gars s’étouffaient quand ils sortaient du terrain. Aujourd’hui, tous s’échauffent et s’étirent. C’est devenu un vrai sport.
Le Soccer5 Lyon-Brignais : une architecture exceptionnelle
Le Soccer5 Lyon-Brignais : une architecture exceptionnelle
Vous êtes un des farouches défenseurs de l’aspect loisir du foot à 5. Pourquoi ?
Car le plaisir du jeu est ma principale vision des choses. D’ailleurs, je pense que le foot à 5 a d’abord récupéré les licenciés loisirs et entreprises de la FFF, qui ne voulaient plus du tout de contraintes et des conditions du foot à 11. Maintenant, le plaisir peut aussi se prendre dans la compétition…
Vous croyez donc au développement des compétitions ?
J’y crois d’abord sur des événements ponctuels car sinon, on retomberait dans des contraintes que justement les footballeurs ne veulent plus. Il faut aussi prendre en compte les aspects juridiques et réglementations. Mais nous sommes aux prémices de quelque chose et l’on y viendra, même si ça sera long.
Que va faire Dominique Casagrande désormais ?
En plus de mon activité chez Soccer5 (voir plus haut), je vais m’investir plus fort sur les sites internet Footengo, dans lesquels je suis associé. Je vais là aussi m’occuper des partenaires nationaux. Je ne vais pas m’ennuyer  !

Propos recueillis par Denis Dupont

Source : www.mag5.fr



Consulter la fiche de : CASAGRANDE Dominique

Les statistiques et les pages du site www.anciensverts.com