• Cliquez sur une lettre pour accéder à la liste complète :
  • A -
  • B -
  • C -
  • D -
  • E -
  • F -
  • G -
  • H -
  • I -
  • J -
  • K -
  • L -
  • M -
  • N -
  • O -
  • P -
  • Q -
  • R -
  • S -
  • T -
  • U -
  • V -
  • W -
  • X -
  • Y -
  • Z -
  • fém. -

Philippe Montanier : "Assurer un maintien plus serein"

SAUVÉS par un but de Damien Perrinelle au bout des arrêts jeu du dernier match contre Niort (1-0), Boulogne et son entraîneur, Philippe Montanier, arrivé en CFA en 2004, s’avancent pour leur deuxième saison de L2 avec la conscience de sa dure réalité. Mais aussi l’ambition de progresser, malgré un statut de « petit ».



– Le recrutement vous convient-il ?

« Avec encore un joueur (un défenseur), on doublerait tous les postes et ce serait suffisant pour pallier les blessures et aléas, c’était notre objectif : 22, 23 joueurs, plus deux ou trois gardiens, et on en a deux bons, c’est bien. »

– Vos recrues se sont-elles bien intégrées ?
« Oui. On a un groupe ouvert et sain et on fait attention de recruter des joueurs, mais aussi des hommes. »

– Quels enseignements tirer de la préparation ?
 Â« On souhaitait monter dÂ’un cran sur les niveaux athlĂ©tique et technique, on a essayĂ© de progresser dans ces domaines. Et on sÂ’est assez rapidement mis dans le collectif. Dès le premier match, on a senti une bonne osmose. »

– Quels changements le départ d’Hubert Fournier, binôme et ami, pour Gueugnon, implique-t-il ?
« C’est la vie dans le sport de haut niveau de ne pas freiner la progression des individus. Son départ amène un changement qui, peut-être, était indispensable dans la mesure où j’entame ma 5e année à Boulogne. J’ai toujours eu peur de la routine. Changer le staff va amener un peu de nouveauté en conservant des principes et valeurs similaires. »

– Concrètement ?
« J’ai pris deux adjoints. Réginald Ray, un ancien pro, s’occupera de l’animation des attaquants et de la réserve. Je souhaite une vraie continuité. On se rapproche du fonctionnement des centres de formation et des vraies réserves pros. Michel Trouin a la particularité d’être un formateur. Il a travaillé pendant plus de 15 ans à Cannes avec Guy Lacombe et a eu la chance de voir pousser Zidane, Vieira, Micoud. Il fait travailler les joueurs individuellement. »

 Â– On dit la deuxième saison plus compliquĂ©e, Ă  quoi vous attendez-vous ?
« C’est dire la tâche qui nous attend ! La deuxième est plus compliquée, j’en suis persuadé. Le gros avantage psychologique, c’est qu’on ne sera pas dans l’euphorie de la première. S’être maintenu à la fin montre qu’on doit rester très humble, ce qui n’empêche pas l’ambition. On a recruté des joueurs intéressants qui peuvent emmener l’équipe vers le haut. »

– Reste-t-il des séquelles ?
« Je ne pense pas car le dénouement a été extraordinaire. Au niveau des sensations, c’est plus fort qu’une montée. Ça a, au contraire, renforcé la conviction qu’il ne faut pas se relâcher. Après une première partie de saison très intéressante, tout le monde, inconsciemment, s’est senti pousser des ailes. On était les seuls, les techniciens, à mettre des freins sur l’enthousiasme… »

– En avez-vous tiré des leçons ?
« Oui, à tous niveaux. On a surtout mal géré le mercato d’hiver. On n’a pas réussi à se renforcer, on s’est même diminué faute d’avoir anticipé le départ brusque de Kébé. C’est l’inexpérience de la Ligue 2. En CFA et National, j’arrivais à manager beaucoup de choses. En L2, on a besoin de se faire épauler et de se décharger de certains dossiers. Le recrutement est crucial, il faut rester humble. Mais ce dénouement montre aussi l’état d’esprit du groupe et du club, ce n’est peut-être pas un hasard… »

– Que percevez-vous des attentes autour de vous ?
 Â« La fin de saison difficile a remis tout le monde sur le chemin de la dure rĂ©alitĂ© de la L2. Revenir en Ligue 2 en Ă  peine quatre ans Ă©tait un exploit. Le plus gros exploit reste Ă  venir : le pĂ©renniser Ă  ce niveau. »

– C’est l’objectif ?
 Â« Oui, au niveau sportif comme des infrastructures dÂ’entraĂ®nement et de match. La mairie semble sÂ’engager dans la construction dÂ’un nouveau stade. CÂ’est ce qui permettra de progresser en budget, en qualitĂ© de joueurs et donc en objectif. On aimerait assurer un maintien plus serein. On a toujours envie de progresser. »

– Votre avis sur la saison ?
 Â« Le niveau va ĂŞtre plus relevĂ©. Les trois relĂ©guĂ©s sont des places fortes du foot. Chez les promus, NĂ®mes est un ancien pensionnaire de L2 et L1, Tours a connu aussi la L2 il y a deux ans. A part quatre ou cinq, la plupart des clubs ont dĂ©jĂ  Ă©voluĂ© en L1. Ils ont les structures. Je vois bien Montpellier qui a fait un recrutement judicieux. Après, les clubs qui descendent, on ne sait jamais trop comment ils vont digĂ©rer. Ça devrait encore se jouer dans les dernières journĂ©es pour la montĂ©e et la descente oĂą on risque encore dÂ’ĂŞtre 7 ou 8 concernĂ©s. CÂ’est plus ouvert que la L1. »

– Lens vous semble-t-il l’épouvantail annoncé ?
« Lens a un bel effectif, je suis persuadé que Jean-Guy (Wallemme) va y arriver. Ils ont cette petite période de transition gênante dans la préparation, mais le championnat est tellement long… La difficulté sera d’être attendu de la première à la dernière journée. Les joueurs vont être plutôt revanchards. Je suis confiant pour nos amis lensois. »

Propos recueillis par Sandrine ARRESTIER
Source : La voix du Nord

Les statistiques et les pages du site www.anciensverts.com