• Cliquez sur une lettre pour accéder à la liste complète :
  • A -
  • B -
  • C -
  • D -
  • E -
  • F -
  • G -
  • H -
  • I -
  • J -
  • K -
  • L -
  • M -
  • N -
  • O -
  • P -
  • Q -
  • R -
  • S -
  • T -
  • U -
  • V -
  • W -
  • X -
  • Y -
  • Z -
  • fém. -

Oswaldo Piazza : "A Marseille, les joueurs vont souffrir avec Bielsa"

Oswaldo Piazza

Osvaldo Piazza est actuellement en France. L'ancien stoppeur l√©gendaire des Verts des ann√©es 70, passe, comme il le fait tous les ans, quelque temps √† Saint-√Čtienne, son deuxi√®me "chez lui" apr√®s l'Argentine. "Je me balade, je ne fais plus rien, je suis retrait√©, nous confie-t-il, avec du soleil dans la voix. Je peux ainsi profiter de mes enfants, qui sont fran√ßais, mes deux filles sont n√©es √† Saint-√Čtienne, mais vivent √† Buenos-Aires et Montevideo, et de mes petits-enfants." Sa pr√©sence √©tait l'occasion de recueillir un t√©moignage de plus sur Marcelo Bielsa, de la part d'un ancien joueur du championnat de France

hebergeur image

Connaissez-vous bien Marcelo Bielsa ?
Bien, non. Ce n'est pas quelqu'un de très liant. Il vit un peu renfermé sur lui-même, passe beaucoup de temps tout seul, à étudier ses adversaires, à peaufiner son travail. C'est quelqu'un de très minutieux, de très sérieux et qui garde ses distances. Mais je le connais parce que c'est quelqu'un de réputé chez nous, qui bosse toujours avec un préparateur physique, je ne sais pas si c'est toujours le même ; un homme très exigeant, notamment sur le plan physique. Il s'entoure toujours de gens très compétents, des compétiteurs avec qui passe la confiance. Le plus difficile pour Marcelo, ce seront les premiers mois.

Il vous avait succédé à Velez Sarsfield ?
Alors, je vais faire un peu long, mais il faut reprendre dans l'ordre. Carlos Bianchi a pris Velez en 1993 et il y a connu un succ√®s ph√©nom√©nal. D'un club de milieu de tableau, il a fait un champion d'Argentine, vainqueur de la Copa Libertadores et de la coupe intercontinentale contre le Milan en 1994. Il avait tout gagn√©. Quand Carlos est parti √† la Roma, j'ai pris le relais pendant un an et demi et je n'ai pas modifi√© grand-chose. Nous avons encore √©t√© champions au tournoi d'ouverture et de cl√īture. Quand je suis parti √† Lima, c'est Marcelo Bielsa qui m'a succ√©d√© en 1997. Et √ßa a donc √©t√© difficile pour lui pendant six mois.

C'est pour cela que vous estimez que le plus difficile pour lui, ce sera les débuts à Marseille ?
Oui, parce qu'√† son arriv√©e du Mexique, il a v√©ritablement transform√© Velez et √ßa a √©t√© dur √† accepter au club. Marcelo n'est pas de Buenos Aires, mais de Rosario, o√Ļ il avait entra√ģn√© et fait briller les Newell's Old Boys, avec, notamment, Gabriel Batistuta ou Eduardo Berizzo. Son exigence, son syst√®me tactique, qui demande une grande d√©bauche d'√©nergie, ont mis du temps √† prendre. Et puis, au bout de six mois, il a r√©ussi √† faire fonctionner tout √ßa et il a √©t√© champion.
Donc, √† Marseille, il va sans doute conna√ģtre les m√™mes probl√®mes d'adaptation, avec des joueurs pas habitu√©s √† ses m√©thodes, √† son intransigeance. Lui, il exige une concentration, une application de tous les instants. Et il est partisan d'un syst√®me √† trois d√©fenseurs, o√Ļ, en fait, l'un des milieux lat√©raux vient toujours couvrir en position d√©fensive. Et puis, il a √©t√© le premier √† exiger un tel pressing des attaquants.

Est-ce qu'en Amérique du sud, il y a des noms de joueurs qui circulent, qu'il pourrait faire venir à Marseille ?
Non, il n'est pas dans ses habitudes de faire venir des joueurs. Mais il aura son staff, qui l'entourera et lui fera confiance. Car il stresse beaucoup comme la plupart des entra√ģneurs et c'est √ßa qui a d√Ľ le faire grossir.

Ses méthodes peuvent-elles passer en France, à l'OM ?
Je sais qu'√† l'OM, c'est chaud. Plus qu'ailleurs en France. Mais ce sera un point commun avec lui. Il est chaud aussi. Sur le bord de touche, il est intenable, debout, accroupi, il vit ses matches avec passion. Apr√®s, il faut que les joueurs lui fassent confiance et comprennent tout de suite que son travail a pour but de les rendre meilleurs et d'am√©liorer le jeu de l'√©quipe. Il faut qu'ils s'attendent √† beaucoup souffrir, √† ne jamais se rel√Ęcher. Son jeu est exigeant physiquement et mentalement, ses entra√ģnements aussi. Vous savez pourquoi nous gagnions avec Saint-√Čtienne dans les ann√©es 70 ? Parce que nous nous entra√ģnions plus que tout le monde en France. Mais si √† l'arriv√©e, tu gagnes, tu acceptes de vomir apr√®s l'entra√ģnement...

Oswaldo_Piazza

Source: la Provence / Mario ALBANO

Les statistiques et les pages du site www.anciensverts.com