• Cliquez sur une lettre pour accéder à la liste complète :
  • A -
  • B -
  • C -
  • D -
  • E -
  • F -
  • G -
  • H -
  • I -
  • J -
  • K -
  • L -
  • M -
  • N -
  • O -
  • P -
  • Q -
  • R -
  • S -
  • T -
  • U -
  • V -
  • W -
  • X -
  • Y -
  • Z -
  • fém. -

Romain Poyet :"Je remercie Samuel Michel pour son travail"

Romain Poyet

Romain Poyet

Capitaine de lÂ’Amiens SC, Romain Poyet revient sur sa suspension et lÂ’arrivĂ©e de Christophe Pelissier en tant quÂ’entraĂ®neur.

Avec du recul, comment jugez-vous votre expulsion face au CA Bastia (2-2), après le match, qui vous a valu quatre matches de suspension ?

C’est pire que lorsqu’on est blessé. On a l’impression qu’on peut jouer mais ce n’est pas possible car on est sanctionné pour une grosse erreur que je ne reproduirai certainement pas. C’était un moment de tension sur un moment chaud. C’est la première fois que cela m’arrive et j’espère que c’était la dernière.

Toujours avec un peu de recul, si vous aviez eu trois points de plus, Samuel Michel aurait peut-être été conservé…

Peut-ĂŞtre, je ne sais pas du tout. On peut refaire lÂ’histoire. Si Bastia nÂ’Ă©galise pas en fin de match, si on arrive Ă  mettre un second but contre Strasbourg. SÂ’il nous manque des points, cÂ’est quÂ’il nous a manquĂ© des tas de petites choses. On a peut-ĂŞtre les points quÂ’on mĂ©rite aujourdÂ’hui mais ce nÂ’est pas catastrophique. Ce nÂ’est pas grandiose mais on nÂ’est pas dĂ©crochĂ©s au classement. JÂ’ai regardĂ© Dijon – Caen et SĂ©bastien Perez, le directeur sportif dijonnais, disait quÂ’Ă  la trĂŞve, la saison dernière, Caen avait neuf points de retard sur le troisième en Ligue 2. Tous les matches aller Ă©taient jouĂ©s et cela nÂ’a pas empĂŞchĂ© les Caennais de se retrouver dans le trio de tĂŞte en rĂ©alisant une superbe deuxième partie de saison. Personne ne les voyait refaire leur retard.

Avez-vous le sentiment que vous Ă©tiez vraiment dans une impasse avec Samuel Michel ?

Le bilan de la première partie de saison est frustrant et pas à la hauteur des ambitions du club. J’ai toujours dit au président, et je ne me défile pas, qu’Amiens doit être largement en haut de classement en National. On n’est pas à notre place. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’on se trouvait dans une impasse mais on pouvait prétendre à mieux.

Vous rendez-vous compte quÂ’en moins de quatre mois, vous avez dĂ©jĂ  connu trois entraĂ®neurs ?

JÂ’en ai connu quatre en une saison Ă  Brest : Pascal Janin, Corentin Martins, GĂ©rald Baticle et Alex Dupont. Plus rien ne mÂ’Ă©tonne, plus rien ne me surprend mais cÂ’est vrai quÂ’en arrivant dans un club, on a envie dÂ’un peu de stabilitĂ©. CÂ’est toujours très difficile de construire lorsque les entraĂ®neurs changent. Il faut essayer dÂ’en trouver mais on lÂ’obtient Ă  travers les rĂ©sultats. CÂ’est le troisième entraĂ®neur en moins de quatre mois (ndlr : Echouafni, Michel et Pelissier), cÂ’est beaucoup. Je tiens Ă  remercier Samuel Michel pour le travail quÂ’il a accompli. CÂ’est avant tout un bon mec et humainement, cÂ’est toujours dur de voir partir un entraĂ®neur. Ce sont des gens qui donnent tout. Ils passent leurs journĂ©es au stade, ils vivent pour un projet. CÂ’est compliquĂ© de parvenir Ă  ce que 25 joueurs arrivent Ă  sÂ’entendre. Je le respectais. Il mÂ’a confiĂ© le brassard de capitaine. Je le remercie et cÂ’est le football. On passe Ă  autre chose avec Christophe Pelissier.

Trouvez-vous son discours un peu plus ferme ?

Il est un petit peu plus ferme dans son discours. Il essaie de cadrer et recadrer un petit peu plus les choses par rapport aux retours qu’il a pu avoir. Ce n’est pas une révolution. Il amène sa touche personnelle qui lui a permis de réussir à Luzenac avec sa personnalité. Maintenant, cela doit se matérialiser par des points.

Mais pour provoquer un choc psychologique, il faut avoir un effectif conséquent pour créer un peu d’émulation, et ce n’est pas le cas...

Exactement. On est sur la corde raide depuis le début de saison. Entre les blessés et notre effectif, on est un peu court et il n’a pas une grande marge de manœuvre. C’est un peu de bricolage entre Baudry parti à la CAN, Beynié et Hautcoeur blessés, etc. C’est plein d’incertitudes qui font qu’on marche un peu sur des œufs. Mais on va se serrer les coudes et on va arrêter de se poser des questions par rapport à nos adversaires. Concentrons-nous d’abord sur nous et sur ce qu’on est capables de faire, qu’importe le match. De toute façon, on ne va pas avoir trop le temps de gamberger.

Source : Le Courrier picard



Consulter la fiche de : POYET Romain

Les statistiques et les pages du site www.anciensverts.com